Le Médicament comme Objet Social

Postdoctoral studies

Lloyd, Stéphanie.
La timidité honteuse : le rôle de la culture dans la visibilité du trouble d'anxiété sociale en France et au Canada.
Équipe de recherche sur le médicament comme objet social et culturel (MEOS), UdeM
Centre de Recherche Psychotropes, Santé Mentale, Société (CESAMES), CNRS (UMR 8136), Inserm (U 611), Université Paris Descartes, France
Dirigée par Johanne Collin et Alain Ehrenberg
Financement : Fonds québécois de la recherche sur la société et la culture (FQRSC); Analyse et Évaluation des Interventions en Santé (ANEIS)
2007-2009
Description du projet : Quel niveau de performance sociale est acceptable dans des sociétés du 21ème siècle? Ma recherche sur la phobie sociale, ou les troubles d’anxiété sociale, essaie d'expliquer pourquoi le comportement timide et introverti est devenu inacceptable. Tandis que les tendances dans la recherche psychiatrique et le traitement psycho-pharmacologique ont contribué à la visibilité croissante du désordre, les idéaux culturelle jouent également un rôle dans le mouvement vers la désignation de la timidité comme un trait pathologique.

Moreau, Nicolas
Dopage social et dopage sportif : différences et similitudes.
Laboratoire de sociologie de l'activité physique et du sport, Départment de Kinésiologie, Université de Montréal.
Dirigé par Suzanne Laberge
Avril 2008-Avril 2010
Bourse d'excellence du FQRSC
Description du projet: Les mondes social et sportif sont intimement liés sur le plan des valeurs et des normes. Néanmoins, il demeure un point de divergence fondamental: l'usage de médicaments. Dans un cas, tout est permis (ou presque) sur le plan médicamenteux pour pouvoir répondre aux exigences sociales. Dans l'autre, pour les mêmes attentes, voire plus, on interdit quantité de substances. La question transversale de notre recherche est donc la suivante : Pourquoi attendons-nous tant des sportifs, alors que nous-mêmes nous sommes incapables de fonctionner sans recourir à quelques substances (suppléments vitaminiques alimentaires, médicaments psychotropes, boissons énergisantes, etc ?.

Robitaille, Michèle
Le corps dans le contexte technoscientifique : de la redéfinition au remodelage de l'humain.
Laboratoire Cultures et Sociétés en Europe (UMR7043), Université Strasbourg 2 (Marc Bloch) et Méos, Faculté de pharmacie, Université de Montréal
Supervisée par David Le Breton
Bourse de financement : FQRSC novembre 2008-10
Description du projet: Michèle Robitaille travaille sur les représentations et pratiques du corps dans le contexte technoscientifique. Au cours de ses recherches doctorales elle s'est penchée sur le discours transhumaniste afin de dégager les représentations et normes inhérentes au projet d'optimisation des capacités humaines. Elle projette à présent d'effectuer des recherches sur les pratiques corporelles, soit sur l'ancrage de ces représentations.

Wamba, André
Transmission Mère-Enfant du VIH au Cameroun : l’influence du père sur l’observance aux traitements et à l’allaitement par la mère
Équipe de Recherche sur le Médicament comme Objet Social (MÉOS), Faculté de Pharmacie, Université de Montréal – Montréal, Canada
Dirigé par : Johanne Collin, Faculté de Pharmacie, Université de Montréal
Codirection de Vinh-Kim Nguyen, Département de Médecine Sociale Préventive, Faculté de Médecine, Université de Montréal
Bourses MÉOS
Année de dépôt : 2009
Description du projet: Depuis le début de la prévention de la Transmission Mère Enfant (TME) du vih par l’allaitement en Afrique, l’homme n’a jamais été considéré comme vecteur d’un risque de transmission du vih à l’enfant par l’allaitement. Ainsi les programmes de prévention mis en place se sont focalisés sur la femme et l’enfant (Desclaux et al., 2009). Au Cameroun, des études ont révélé que les femmes accèdent plus facilement que les hommes à ceux-ci et aux antirétroviraux (EDSC, 2004). Cependant, 1) le taux de TME du vih par l’allaitement a augmenté de 6,10 à 10,6%; 2) la majorité des mères et enfants sous antirétroviraux n’observent pas régulièrement leur traitement (Mimché et al., 2007). L’hypothèse que nous formulons est que ces résultats pourraient être dus au fait que la priorité accordée aux seuls besoins de santé des mères ait crée une inégalité de genre paradoxale, favorisant la femme à l’accès au soin. Objectif. Impliquer le père aux programmes de prévention de la TME par l’allaitement à l’aide d’un procédé de test/intervention structuré autour de trois moments : 1) décrire et analyser les récits des pères lorsqu’ils n’y sont pas impliqués, pour comprendre pourquoi ; 2) décrire et analyser leurs expériences lorsqu’ils en sont impliqués; 3) évaluer les résultats du (1) et (2) pour identifier les logiques qui agissent comme facilitateurs/barrières à l’observance à l’allaitement protégé et aux antirétroviraux.

Suivez-nous / Follow us

Syndicate content