Le Médicament comme Objet Social

Les Axes 2013-2017

Axe 1 : Nouvelles normativités contemporaines et déplacement des frontières entre le normal et le pathologique.
 
L’axe 1 vise à cerner les normes
sociales qui pèsent sur les individus, normes du «bien paraître», «bien
performer», bien grandir, bien vieillir et bien mourir. Ces nouvelles normativités
révéleraient les tensions et les écarts entre ce que l’on «est» et ce que l’on
nous demande «d’être». Quatre projets y sont présentés. P1: Vitamines et
psychotropes : pour "bien grandir" et "bien vieillir" au 20e siècle (Charles et
Leibing, en développement) ; P2 : Prisons, normes, médicaments (Lafortune, Collin
et al., en développement) ; P3: Généalogie des maladies nerveuses au Québec, 1860-
1920 (Collin, Monnais, IRSC, en cours) ; P4: Transformation de la psychopathologie
de la vie quotidienne: des anciennes névroses aux anxio-dépressions contemporaines
(Collin, Otero et al. IRSC, en cours).

Axe 2 : Nouvelles socialités, nouvelles logiques sociales: biosocialisation et identité.

L’axe 2 scrute les usages du médicament en tant qu’instrument de
socialisation et révélateur de nouvelles formes de socialité (conduites,
pratiques, besoins, etc.) (Collin et al., 2006). Il permettra d’explorer deux
phénomènes collectifs qui gagnent en importance actuellement dans nos sociétés :
d’un côté, l’usage croissant de médicaments à des fins non médicales (P5) et de
l’autre, le refus collectif d’un usage médical de médicaments (P6). Les sociétés
occidentales contemporaines sont caractérisées par un remodelage des identités
collectives à travers les dimensions somatiques et les attributs physiques que les
individus partagent et autour desquels ils se mobilisent (Rose, 2007 ; Rabinow,
1996).Le médicament joue un rôle de catalyseur dans le déploiement de ces nouveaux
dispositifs de socialisation. Deux projets s’y inscrivent. P5: Between smart drugs
and antidepressants: A cultural analysis of pharmaceutical drug use among
university students, (Collin, Monnais, Lafortune, et al., IRSC, soumis sept 2012);
P6: Contested Intervention: the history of MMR immunization in Canada, 1963-2011
(Monnais et al., en développement).

Axe 3 : Nouveaux territoires corporels: corps, culture et ingénierie biomédicale.

Ce 3e axe vise à mieux comprendre les dynamiques sociales et culturelles liées au
développement d’un nouveau modèle du corps porté par la médecine régénératrice et
la nanomédecine. Ces nouvelles formes de médecine reposent notamment sur une
conception du corps entièrement remodelable où les distinctions entre nature et
artifice tendent à s’estomper. Le projet de contrôler les processus biologiques
tels que le vieillissement, soit en les reproduisant artificiellement, soit en
agissant sur le fonctionnement interne de l’organisme, mène à une remise en
question des frontières temporelles et spatiales du corps. Deux projets s’y
inscrivent. P7: A situated living object in time: Stem cells and the anthropology
of uncertainty (Leibing et al., soumis, CRSH 2012. P8: Des embryons aux cellules
souches: la transparence du corps des femmes dans la bioéconomie. Une perspective
socio-anthropologique (Lafontaine et al., soumis, CRSH 2012.

Les Axes 2007-2011
Axe 1 : Baliser le bien-être, la santé et la pathologie : raisonnements thérapeutiques et extra-thérapeutiques.
 
S’inscrivant dans la foulée de l’axe «Relation thérapeutique et circulation des savoirs sur le médicament» de la première programmation, cet axe vise l’analyse des raisonnements cliniques (étiologiques et thérapeutiques) qui sous-tendent le recours au médicament et le rôle des acteurs (industrie, médecins, patients, agences régulatrices) dans le balisage des frontières entre santé et maladie et la création de nouvelles entités nosographiques. Ce premier thème renvoie à la complexité des dispositifs médicaux et des raisonnements scientifiques et cliniques à partir desquels se définissent les frontières entre le normal et pathologique et par lesquels se joue le recours aux médicaments. Au travers d’une réflexion renouvelée sur le concept de médicalisation, il s’intéresse à explorer les normes et les dynamiques scientifiques autour de l’objet médicament et leur traduction complexe dans la clinique.
 
Axe 2 : Médicament et nouvelles socialités.

Cet axe constitue le prolongement et l’approfondissement de l’axe «Médicaments psychotropes et société» de la programmation 2003-2007 et prend en compte les leçons tirées au cours de cette période. Avoir scruté la problématique du recours aux psychotropes chez trois clientèles différentes - les adolescents, les adultes et les personnes âgées - nous a conduits à identifier les dynamiques transversales. Quels processus normatifs et symboliques conduisent-ils les individus à se définir sous l’angle de la souffrance psychique ou à se voir catégorisés comme souffrant de troubles de la personnalité ou de comportements? Comment ces processus pavent-ils la voie à une banalisation de la consommation de médicaments psychotropes ? Quel modèle de «fonctionnement social normal» sous-tend le processus de pathologisation de certains comportements associés aux troubles mentaux définis comme «déficits» psychologiques ou psychiatriques ? Et comment l’analyse comparée de différentes socialités (dans les sociétés développées et en développements) permet-elle de mettre en perspective les logiques sociales qui sous-tendent la forte prévalence des troubles mentaux et leur prise en charge à travers le médicament? Les projets de cet axe visent à mieux comprendre la logique sociale des interventions cliniques et la signification sociale des catégories nosographiques psychiatriques couramment utilisées, le tout dans le but d’une meilleure discrimination des dimensions psychiques, relationnelles et sociales, trop souvent fondues dans le registre fourre-tout du «psychosocial» ou de la «santé mentale».
 
Axe 3 : Le médicament entre multiculturalité et mondialisation.

En prolongement de l’axe «Pluralisme thérapeutique» de notre première programmation, nous reproblématisons le thème récurrent de l’«Invasion pharmaceutique» (standardisation unilatérale des usages, destruction des cultures thérapeutiques «autres» et/ou locales, etc.) à la lumière de l’analyse nuancée des tensions entre l’existence de pratiques culturelles de santé métissées et les normes réglementaires uniformisantes qui régissent l’accès et le recours aux médicaments en contexte de mondialisation. À travers une perspective de comparaison internationale entre le Canada et d’autres pays d’Europe et d’Amérique du Sud, cet axe vise également à comprendre la manière dont les différences structurelles, culturelles et politiques influencent la mise en application des nouvelles biotechnologies pharmaceutiques; et ce, dans la perspective de contribuer au débat sur les conséquences socioéthiques et politiques de l’introduction de nouvelles technologies (pharmacogénomique, cellules souches, etc.) au Canada.

Suivez-nous / Follow us

Syndiquer le contenu