Le Médicament comme Objet Social

Conférence scientifique du MÉOS

INFORMATIONS GÉNÉRALES

Les conférences scientifiques du MÉOS ont habituellement lieu au local 3212 du pavillon Jean-Coutu de la Faculté de Pharmacie, à l'Université de Montréal. Elles se déroulent généralement de 15h00 à 16h30.
Plan du Campus
L’adresse civique du pavillon Jean-Coutu est la suivante : 2940 Chemin de la Polytechnique. Par Métro, vous sortez à la station Université de Montréal et vous montez les escaliers roulants qui vous conduisent jusqu’en haut de la colline (là où se situe le pavillon principal de l’Université de Montréal). Lorsque vous arrivez en haut, sur le chemin de la rampe, dirigez-vous vers l’ouest et montez jusqu’au pavillon Jean-Coutu. Vous pouvez le faire de l’extérieur ou de l’intérieur. Il faut prévoir de 10 à 15 minutes à partir de la sortie du métro. Vous pouvez également vous y rendre en voiture, mais il vous faudra alors payer un stationnement.

Si vous avez besoin de directives plus précises, ou pour toute information supplémentaire, n’hésitez pas à contacter Philippe Marchand (soutien à la coordination du MÉOS) via son adresse courriel.


Conférence MÉOS : "Facteurs psychologiques, technologiques et sociaux qui influencent l’expérience du médicament chez les schizophrènes. Une recherche qualitative."

Date: 
Mercredi, Mai 18, 2011 - 15:00

Par : Philippe Vincent
Pharmacien, M.Sc.
Hôpital Louis-H. Lafontaine
Professeur adjoint de clinique
Faculté de Pharmacie, Université de Montréal

Local 3212 du Pavillon Jean-Coutu, Université de Montréal.

Le 18 mai 2011 se tiendra la prochaine conférence du MÉOS. La présentation intitulée « Facteurs psychologiques, technologiques et sociaux qui influencent l’expérience du médicament chez les schizophrènes. Une recherche qualitative.  » sera prononcée par Philippe VincentPharmacien, Faculté de Pharmacie. La conférence se tiendra mercredi à 15h00 à 16h30, au local 3212 du Pavillon Jean-Coutu (Faculté de pharmacie, Université de Montréal). L’activité sera suivi d’une discussion informelle pour échanger les réflexions suscitées par la conférence.

Conférence MÉOS : "Biographie d'un médicament miracle: La pentamidine, ou la médecine coloniale entre utopies et catastrophes"

Date: 
Mercredi, Avril 6, 2011 - 15:00

Par : Guillaume Lachenal
Chercheur associé au CEMAf, Maître de conférences à l’Université Paris, Diderot.   

Local 3212 du Pavillon Jean-Coutu, Université de Montréal.

Le 6 avril 2011 se tiendra la prochaine conférence du MÉOS. La présentation intitulée « Biographie d'un médicament miracle: La pentamidine, ou la médecine coloniale entre utopies et catastrophese » sera prononcée par Guillaume LachenalMaître de conférences à l'Université Paris, Diderot. La conférence se tiendra mercredi à 15h00 à 16h30, au local 3212 du Pavillon Jean-Coutu (Faculté de pharmacie, Université de Montréal). L’activité sera suivi d’une discussion informelle pour échanger les réflexions suscitées par la conférence.

Conférence MÉOS : "Le design des technologies médicales en tant que pratique sociale. Résultats préliminaires d’un programme de recherche"

Date: 
Mercredi, Février 9, 2011 - 15:00

Par : Pascale Lehoux
Professeur titulaire du département d’administration de la santé, IRSPUM, Université de Montréal.  

Local 3212 du Pavillon Jean-Coutu, Université de Montréal.

Le 9 février 2011 se tiendra la prochaine conférence du MÉOS. La présentation intitulée « Le design des technologies médicales en tant que pratique sociale. Résultats préliminaires d’un programme de recherche» sera prononcée par Pascale LehouxProfesseur titulaire du département d’administration de la santé, IRSPUM, Université de Montréal. La conférence se tiendra mercredi à 15h00 à 16h30, au local 3212 du Pavillon Jean-Coutu (Faculté de pharmacie, Université de Montréal). L’activité sera suivi d’une discussion informelle pour échanger les réflexions suscitées par la conférence.

Conférence MÉOS : "L’image de la douleur des autres. Photographie de presse, trauma et « fatigue compassionnelle »."

Date: 
Jeudi, Janvier 27, 2011 - 15:00

Par : Vincent Lavoie
Professeur au département de l'histoire de l'art, UQAM. 

Local 4212 du Pavillon Jean-Coutu, Université de Montréal.

Le 27 janvier 2011 se tiendra la prochaine conférence du MÉOS. La présentation intitulée « L’image de la douleur des autres. Photographie de presse, trauma et "fatigue
compassionnelle"
» sera prononcée par Vincent Lavoie, professeur au département d'histoire de l'art de l'UQAM. La conférence se tiendra mercredi à 15h00 à 16h30, au local 4212 du Pavillon Jean-Coutu (Faculté de pharmacie, Université de Montréal). L’activité sera suivi d’une discussion informelle pour échanger les réflexions suscitées par la conférence.

Conférence Méos : Travailler sur soi par le récit, une sociologie de la connaissance subjective

Date: 
Mercredi, Décembre 1, 2010 - 15:00

Par : Marie-Chantal Doucet
Professeure l'École de travail social, UQAM. 

Local 3212 du Pavillon Jean-Coutu, Université de Montréal.

Le 1er décembre 2010 se tiendra la prochaine conférence du MÉOS. La présentation intitulée « Travailler sur soi par le récit, une sociologie de la connaissance subjective » sera prononcée par Marie-Chantal Doucet, de l'École de travail social, UQAM. La conférence se tiendra mercredi à 15h00 à 16h30, au local 3212 du Pavillon Jean-Coutu (Faculté de pharmacie, Université de Montréal). L’activité sera suivi d’une discussion informelle pour échanger les réflexions suscitées par la conférence.

Conférence MÉOS : "Intervention précoce dans la psychose: nouvelles formes de subjectivité"

Date: 
Mercredi, Novembre 10, 2010 - 15:00

Par : Constantin Tranulis, M.D.
Local 3212 du Pavillon Jean-Coutu, Université de Montréal.

Le 10 novembre 2010 se tiendra la prochaine conférence du MÉOS. La présentation intitulée « Intervention précoce dans la psychose: nouvelles formes de subjectivité» sera prononcée par Constantin Tranulis, M.D.. La conférence se tiendra mercredi à 15h00 à 16h30, au local 3212 du Pavillon Jean-Coutu (Faculté de pharmacie, Université de Montréal). L’activité sera suivi d’une discussion informelle pour échanger les réflexions suscitées par la conférence.

Programmation Conférences 2010-2011

ATTENTION : La conférence du 12 janvier a été reportée au 27 janvier, au local 4212. Merci !

Therapy and Reason. Date : Mercredi 27 octobre à 15h00

Todd Meyers

Assistant Professor of Medical Anthropology and Adjunct Assistant Professor of Family Medicine and Public Health Sciences, Wayne State University (Detroit)

Local 3212 du Pavillon Jean-Coutu, Université de Montréal.

Résumé : Pharmaceutical interventions take on a different character once treatment moves outside a closely monitored clinical environment. In the paper I detail the experiences of adolescents under treatment for opiate dependence using a relatively new pharmacotherapy, buprenorphine (Suboxone® and Subutex®), as these adolescents make the transition from a residential drug rehabilitation center back to their neighborhoods and other institutional environments. I offer an account of how the thin line between licit and illicit opiate use is drawn, and show how adolescents who are otherwise “non-compliant” and “self-medicating” adopt similar forms of clinical reasoning to their physicians. The writing traces the way pharmacotherapy is experienced under social and economic constraints, and considers how efficacy, certainty, and success are shaped and challenged by the social worlds in which adolescents participate outside the clinical environment.


Intervention précose dans la psychose :
nouvelles formes de subjectivité.
Date : Mercredi 10 novembre à 15h00

Constantin Tranulis

MD, MSc, FRCPC (psychiatry) Fernand-Seguin Research Centre

Local 3212 du Pavillon Jean-Coutu, Université de Montréal.

Résumé : 
Mon intérêt de recherche principal concerne l’expérience subjective des personnes souffrant de psychose. Travaillant principalement avec des personnes en début de traitement (dans le champs de l’intervention précoce en psychose), mes recherches explorent les récits sur la maladie, l’insight, l’expérience de soi (self-experiences), les comportements de recherche de soins et la stigmatisation. Les méthodologies utilisées tendent à transcender des limites disciplinaires classiques, puisant principalement dans la psychiatrie, l’anthropologie médicale et la phénoménologie continentale.
Dans cette présentation, je propose de trianguler des données ethnographiques et des analyses de récits individuels de patients souffrant d’un premier épisode psychotique, afin de mieux cerner les enjeux principaux de la clinique contemporaine des premiers épisodes de psychose.
Le mouvement de l’intervention précoce en psychose vient bousculer les rapports habituels entre la psychiatrie, les patients souffrant de psychose (auparavant catégorisés comme schizophrènes) et leur entourage. Cette nouvelle culture de la psychiatrie propose une conceptualisation qui met l’emphase sur l’importance du temps, sur le concept « d’épisode » et sur l’intervention intensive dans une phase précoce et « critique » pour le pronostic.
En contraste avec ce discours, les récits des patients en début de traitement font état d’une pluralité d’expériences subjectives et d’enjeux individuels par rapport aux traitements psychiatriques.
En conclusion, je proposerai des pistes de réflexion sur les nouvelles formes de subjectivité émergeant du mouvement de l’intervention précoce en psychose, autant pour les personnes souffrant de psychose que pour les cliniciens et les chercheurs impliqués dans ce champ. En particulier, les résultats préliminaires soulignent les risques de dérives autoritaires et l’effet appauvrissant sur la subjectivité du modèle biomédical de la psychose.


Travailler sur soi par le récit,
une sociologie de la connaissance subjective.
Date : Mercredi 1er décembre à 15h00

Marie-Chantal Doucet

Professeure École de travail social, Université du Québec à Montréal

Local 3212 du Pavillon Jean-Coutu, Université de Montréal.

Résumé : L’expression « travailler sur soi » est devenue courante dans le langage quotidien. Plusieurs individus s’engagent dans une pratique du travail sur soi, que ce soit à travers la psychothérapie, le développement personnel et\ou la spiritualité, termes génériques renfermant plusieurs types de cheminement. D’aucuns diront à regret qu’il y a « psychologisation » du social sous la gouverne de l’individu, on annonce même le déclin du lien social. Certains posent au bien-fondé du travail sur soi comme responsabilité morale. D’autres pensent que cette pratique obéit à l’impératif social qui commande à l’individu de s’ajuster de l’intérieur aux prescriptions de bonne conduite. Le travail sur soi serait alors un moyen de se surveiller soi-même et de gérer une certaine souffrance. Le problème est souvent posé en référence au continuum historique de l’assujettissement; de l’aliénation on passe à la responsabilisation comme nouvel ordre normatif. Ces travaux majeurs et pertinents gagneraient à intégrer d’autres issues possibles qui réfèrent à une « marge de jeu » du sujet. Le récit d’épreuve introduit une configuration différente de l’individu dont une sociologie de la connaissance de l’expérience subjective pourrait rendre compte.



L'image de la douleur des autres.
Photographie de presse, trauma et "fatigue compassionnelle".
Date : Mercredi 27 janvier à 15h00

Vincent Lavoie

Professeur département d'histoire de l'art, Université du Québec à Montréal

Local 4212 du Pavillon Jean-Coutu, Université de Montréal.

Résumé : La notion de « fatigue compassionnelle » (Joinson, 1992; Figley, 1995), aussi appelée « stress post-traumatique secondaire », renvoie à l’épuisement émotionnel éprouvé par des individus exposés à la souffrance et à la douleur des autres. Le déclin de l’empathie et l’émoussement du sentiment de compassion caractérisent l’état des personnes atteintes de ce trouble. La fatigue compassionnelle a pour cause des expériences vécues et pour terreau des situations réelles. Mais qu’en est-il des images montrant ces mêmes réalités ? Qu’en est-il de leur potentiel anxio-dépressif sachant que nous pouvons soutenir en images ce qui nous serait insupportable en réalité? Les images sont-elles, au même titre que le réel, génératrices de fatigue compassionnelle? Des études récentes dans le domaine des études visuelles ont tenté de cerner les contours de cette accoutumance à la douleur des autres dont les images seraient responsables (Sontag, 2003; Galard, 2004). Parmi celles-ci, certaines ont recours à la notion de fatigue compassionnelle (Moeller, 1998) pour expliquer notre apathie (psychologique, politique, sociale) face à la désolation du monde. Les images de presse et les médias de masse figurent au banc des accusés. Cette communication entend interroger la validité de ce déplacement notionnel de la littérature psychologique aux études photojournalistiques et médiatiques.

Vincent Lavoie est professeur au département d’histoire de l’art de l’Université du Québec à Montréal. Historien de la photographie, ses recherches portent sur les représentations visuelles contemporaines de l’événement, plus particulièrement sur les discours de valorisation éthique et esthétique des images de presse. Celles-ci ont donné lieu à la publication d'ouvrages et de catalogues d’exposition, parmi lesquels L’instant-monument. Du fait divers à l’humanitaire, Montréal, Dazibao, 2001 ; Maintenant. Images du temps présent, Montréal, Mois de la photo, 2003 et Images premières. Mutations d’une icône nationale, Paris, Centre culturel canadien, 2005. Vient de paraître aux éditions Hazan à Paris, Photojournalismes. Revoir les canons de l’image de presse. Il prépare actuellement un ouvrage collectif à paraître aux éditions Figura à Montréal sous le titre Imaginaires du présent. Photographie, politique et poétique de l’actualité.


Le design des technologies médicales en tant que pratique sociale:
Les enjeux soulevés par trois cas.
Date : Mercredi 9 février à 15h00

Pascale Lehoux

Professeur titulaire, Département d'administration de la santé
Titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les Innovations en santé
Institut de recherche en santé publique de l'Université de Montréal (IRSPUM)

Local 3212 du Pavillon Jean-Coutu, Université de Montréal.



Biographie d'un médicament miracle. La pentamidine,
ou la médecine coloniale entre utopies et catastrophes.
Date : Mercredi 6 avril à 15h00

Guillaume Lachenal

Maître de conférences à Paris VII - Denis Diderot

Local 3212 du Pavillon Jean-Coutu, Université de Montréal.




Conférence MÉOS : "Therapy and Reason / Thérapie et raison"

Date: 
Mercredi, Octobre 27, 2010 - 15:00

Par : Todd Meyers
Assistant Professor of Medical Anthropology and Adjunct Assistant Professor of Family Medicine and Public Health Sciences, Wayne State University (Detroit)
Local 3212 du Pavillon Jean-Coutu, Université de Montréal.

Le 27 octobre 2010 se tiendra la prochaine conférence du MÉOS. La présentation intitulée « Therapy and Reason » sera prononcée par Todd Meyers de Wayne State University. La conférence se tiendra mercredi à 15h00 à 16h30, au local 3212 du Pavillon Jean-Coutu (Faculté de pharmacie, Université de Montréal). L’activité sera suivi d’une discussion informelle pour échanger les réflexions suscitées par la conférence.

Suivez-nous / Follow us

Syndiquer le contenu